Cryptocurrency and Blockchain

KYC, Bitcoin et les espoirs déçus des politiques AML : préserver la liberté individuelle

Au cours de la dernière décennie, les abréviations AML et KYC sont devenues une partie inextricable de nos vies. Pour aider les forces de l’ordre à traquer les fonds illégaux, un ensemble de mesures anti-blanchiment de plus en plus contraignantes est mis en œuvre à travers le monde. Au cours des deux dernières décennies, cela a entraîné de nombreuses obligations de connaissance de la clientèle pour les institutions financières, contraintes de vérifier l'identité, les antécédents et la nature de leurs activités de leurs clients. Ce système, basé sur la surveillance et la présomption de culpabilité, a aidé le système financier mondial à lutter efficacement contre les criminels en coupant leurs flux financiers.

Ou est-ce vraiment le cas ?

Les chiffres réels racontent une autre histoire. Plusieurs études indépendantes ont montré que les politiques AML et KYC permettent aux autorités de récupérer moins de 0,1 % des fonds criminels. Les efforts de lutte contre le blanchiment d’argent coûtent cent fois ces sommes, mais plus important encore, ils commencent à menacer notre droit fondamental à la vie privée.

Les cas de revendications absurdes, comme un d'un Français invité à justifier de l'origine des 0,66 € qu'il souhaitait déposer, ne font plus guère sourciller. Les régulateurs font face à ce ridicule sans sourciller, tandis que les journalistes et les lanceurs d’alerte continuent de dénoncer des milliards de dollars blanchis aux plus hauts niveaux des mêmes institutions qui font vivre à leurs clients habituels un cauchemar bureaucratique.

Cela suggère que le sacrifice de notre droit à la vie privée n’est peut-être pas justifié par les résultats.

La blockchain émergeant comme un système de transfert de valeur gratuit, par opposition au fiat contrôlé par KYC, a donné de l'espoir à de nombreux défenseurs de la liberté personnelle. Cependant, la réponse des régulateurs a été d’essayer d’intégrer à la fois les actes d’achat et de transfert de crypto dans les processus AML actuels.

Cela signifie-t-il que la blockchain a été apprivoisée, avec une entrée et une sortie scellées par la réglementation AML ?

Heureusement, pas encore. Ou du moins, pas dans toutes les juridictions. Par exemple, la Suisse, réputée pour son bon sens pratique, permet souvent aux entreprises de définir leur propre exposition aux risques. Cela signifie que les gens peuvent acheter des quantités raisonnables de crypto sans KYC.

L’exemple suisse pourrait s’avérer utile pour empêcher les pratiques mondiales de lutte contre le blanchiment d’argent de devenir incontrôlables et pour instaurer un État de surveillance sur le monde, autrefois connu sous le nom de « libre ». Cela vaut la peine d’y regarder de plus près, mais voyons d’abord pourquoi l’approche AML traditionnelle échoue.

KYC : la pire politique de tous les temps

Peu de gens osent remettre en question l’efficacité des politiques AML-KYC actuelles : personne ne veut apparaître du côté « criminel » du débat. Cependant, ce débat mérite d’être mené, car nos sociétés semblent dépenser des sommes et des efforts indécents pour quelque chose qui ne fonctionne tout simplement pas comme prévu.

Comme noté » par le directeur d'Europol Rob Wainwright en 2018 : « Les banques dépensent 20 milliards de dollars par an pour gérer le régime de conformité… et nous saisissons 1 % des avoirs criminels chaque année en Europe.

Cette pensée a été développée dans l'une des méthodes les plus complètes études sur l'efficacité de l'AML, publié en 2020 par Ronald Pol de l'Université La Trobe de Melbourne. Il a constaté que « l’intervention politique anti-blanchiment d’argent a un impact inférieur à 0,1 % sur les finances criminelles, les coûts de mise en conformité dépassent plus de cent fois les fonds criminels récupérés, et les banques, les contribuables et les citoyens ordinaires sont plus pénalisés que les entreprises criminelles ». En outre, « reprocher aux banques de ne pas appliquer « correctement » les lois anti-blanchiment d’argent est une fiction commode. Les problèmes fondamentaux pourraient plutôt résider dans la conception même de la prescription politique fondamentale.»

L’étude utilise de nombreuses sources provenant de grands pays et agences, mais son auteur admet qu’il est presque impossible de tout concilier. En effet, aussi étrange que cela puisse paraître, malgré les milliards de dollars et d’euros dépensés en matière de LBC, il n’existe aucune pratique généralisée qui permettrait d’en mesurer l’efficacité.

La réalité est cependant difficile à ignorer. Malgré les 20 ans de pratiques KYC modernes, crime organisé et l'usage de drogues continuer à augmenter. De plus, un certain nombre d'enquêtes très médiatisées ont révélé que des stratagèmes massifs de blanchiment d'argent se déroulaient au plus haut niveau d'institutions financières respectées. Le Crédit Suisse aide les trafiquants de drogue bulgares, Wells Fargo (Wachovia) blanchit l'argent des cartels mexicains, BNP Paribas facilite les opérations d'un dictateur gabonais… Sans parler des fraudes fiscales initiées par les banques elles-mêmes : Danske Bank, Deutsche Bank, HSBC et tant d’autres ont été reconnus coupables d’escroquerie dans leur pays. Pourtant, la réponse des régulateurs a été de resserrer les règles entourant les petits transferts de détail et de créer de nombreuses formalités administratives pour les citoyens moyens respectueux de la loi.

Pourquoi choisiraient-ils des mesures aussi lourdes et inefficaces ? La principale raison est peut-être que les organisations qui définissent les règles ne sont responsables ni de leur mise en œuvre ni du résultat final. Ce manque de responsabilité pourrait expliquer les règles de plus en plus absurdes obligeant les institutions financières à entretenir des armées de spécialistes de la conformité et les gens ordinaires à franchir des obstacles pour effectuer des opérations financières de base.

Cette réalité n’est pas simplement frustrante ; dans un contexte historique et politique plus large, elle révèle des tendances inquiétantes. Les réglementations de plus en plus intrusives ont mis en place un cadre permettant de filtrer efficacement les personnes. Cela signifie que sous prétexte de lutter contre le terrorisme, différents groupes peuvent être coupés du système financier. Cela inclut les personnes politiquement exposées, les voix dissidentes, les sans-abri, les non-conformistes… ou les personnes impliquées dans l’espace crypto.

Crypto-AML

La blockchain représente un défi majeur pour le système fiduciaire en raison de sa nature décentralisée. Contrairement aux banques centralisées chargées d’innombrables vérifications liées à la lutte contre le blanchiment d’argent, les nœuds blockchain exécutent simplement du code indépendant de l’utilisateur.

Il n'est pas possible qu'une blockchain comme Bitcoin puisse être façonnée dans le moule AML, mais les intermédiaires, également connus sous le nom de VASP (virtual Asset Service Providers), peuvent l'être. Leurs tâches AML comprennent désormais deux catégories principales : l’achat de crypto et le transfert de crypto.

Le transfert de crypto relève de la prérogative du GAFI, et la plupart des pays ont tendance à mettre en œuvre tôt ou tard les recommandations de cette organisation. Ces recommandations incluent la « règle de voyage », qui implique que les données sur les fonds doivent « voyager » avec eux. Actuellement, le GAFI recommande que tout transfert fiduciaire supérieur à 1 000 $ soit accompagné des informations sur l'expéditeur et le bénéficiaire.

Différents pays imposent différents seuils pour la règle de voyage, avec 3 000 $ aux États-Unis, 1 000 € en Allemagne et 0 € en France et en Suisse. La prochaine mise à jour de la réglementation TFR imposera le KYC obligatoire pour chaque transfert crypto à partir de 0 € dans tous les pays de l’UE.

L’avantage de la blockchain, cependant, est qu’elle n’a pas besoin d’intermédiaires pour transférer de la valeur. Cependant, il en a besoin pour acheter des crypto-monnaies avec du fiat.

Le cadre d'achat de crypto est déterminé par les régulateurs financiers et les banques centrales, et c'est là que les traditions des pays jouent un rôle important. En France, pays très centralisé, une multitude de réglementations minutieuses, de contrôles sur place et de conférences définissent de manière très détaillée les pratiques du marché. La Suisse, pays décentralisé célèbre pour sa démocratie directe fondée sur le consensus, accorde généralement aux intermédiaires financiers une certaine autonomie dans la gestion de leur propre appétit pour le risque.

La Suisse est également le pays où l’un des économistes libéraux les plus éminents, Friedrich Hayek, a fondé la célèbre Société du Mont Pélerin. Dès 1947, ses membres s’inquiétaient des dangers qui pesaient sur la liberté individuelle, notant que « même ce bien le plus précieux de l’homme occidental, la liberté de pensée et d’expression, est menacé par la propagation de croyances qui, revendiquant le privilège de la tolérance lorsqu’elles sont dans le monde ». position de minorité, cherchent uniquement à établir une position de pouvoir dans laquelle ils peuvent supprimer et anéantir toutes les opinions sauf les leurs.

Fait intéressant, une société appelée Mt Pelerin opère aujourd'hui sur les rives du lac Léman, et cette société est un courtier en cryptographie.

Acheter de la crypto en Suisse

La Suisse est loin du paradis fiscal libertaire que beaucoup croient. Il a succombé à la pression internationale en annulant de facto sa tradition séculaire de secret bancaire pour les résidents étrangers. Aujourd'hui, elle est membre du traité de l'OCDE sur l'échange automatique d'informations et le zèle avec lequel elle applique les recommandations du GAFI montre sa volonté de se débarrasser de son image autrefois sulfureuse. En effet, la FINMA a décidé de mettre en œuvre dès 2017 la règle de voyage pour les cryptos à partir de 0€, y compris pour les portefeuilles non hébergés. En revanche, l’Union européenne « conservatrice » n’appliquera cette obligation qu’en 2024.

Cependant, même si les fonds ne quittent pas explicitement le pays, la Suisse préfère ne pas microgérer ses institutions financières et n'impose pas de tonnes de paperasse pour les opérations de routine. Il s’agit désormais de l’un des rares pays du vieux continent où les gens peuvent acheter des cryptos sans être profilés. Cela signifie que des entreprises comme Mt Pelerin peuvent traiter des transactions cryptographiques de détail d'un montant de 1 000 CHF par jour sans exiger du client qu'il vérifie son identité.

Cela ne signifie pas un bar ouvert, mais plutôt un degré d'autonomie plus élevé. Par exemple, Mt Pelerin met en œuvre ses propres méthodes de détection des fraudes et se réserve le droit de refuser les transactions qui éveillent des soupçons. Contrairement aux procédures lourdement bureaucratiques imposées par d’autres pays, cette approche affiche en réalité un taux de réussite élevé pour filtrer les tentatives de transactions frauduleuses. Après tout, les entreprises opérant en première ligne comprennent souvent mieux que les responsables gouvernementaux les tactiques de fraude en constante évolution.

Pour le bien de nos sociétés, l’approche suisse en matière de LBC doit être préservée et reproduite. À une époque où la surveillance de masse est devenue routinière et où le développement des CBDC menace d’imposer un contrôle total sur nos finances personnelles, nous sommes plus proches que jamais de la dystopie que Friedrich Hayek craignait tant.

En contrôlant nos transactions quotidiennes, n’importe quel gouvernement, même le mieux intentionné, pourrait manipuler nos vies et effectivement « effacer toutes les opinions sauf les leurs ». C'est pourquoi nous achetons du Bitcoin, et c'est pourquoi nous voulons le faire sans KYC.

Et les criminels, me demanderez-vous ? Ne devrions-nous pas leur couper l’accès à l’argent pour freiner leur intérêt pour l’entrepreneuriat clandestin ?

Certes, après 20 ans de lutte contre le blanchiment d’argent moderne, cette thèse s’est révélée fausse. Alors pourquoi ne pas accepter le fait que des criminels pénètrent dans nos flux financiers et se contentent de suivre cet argent pour dévoiler leurs opérations ? Continuez à lire la partie 2 pour en savoir plus.

Un merci spécial à Biba Homsy, avocate en réglementation et crypto chez Homsy Legal, et à l'équipe de Mt Pelerin pour avoir partagé leurs idées.

Ceci est un message d'invité de Marie Poterieieva. Les opinions exprimées sont entièrement les leurs et ne reflètent pas nécessairement celles de BTC Inc ou de Bitcoin Magazine.

About the author

smirow

Leave a Comment